LES SŒURS DE LA DOCTRINE CHRETIENNE


Jean-Baptiste Vatelot
(1688-1748)
VERS 1716 – UNE FONDATION PROGRESSIVE, AU DIOCESE DE TOUL

• La fondation se fait en étapes par trois prêtres, passionnés de la scolarisation des enfants surtout de la campagne, dans une Lorraine se relevant seulement des misères de la Guerre de Trente Ans.

Claude Varnerot (1648-1734); Curé à Lucey

Dominique Gueldé (1660-1731); Curé à Trondes

Jean-Baptste Vatelot (1688-1748); Chanoine de la Cathédrale de Toul, il est chargé par l’Evêque d’organiser les « Petites Ecoles du diocèse.


La cathédrale de Toul

- Jean-Baptiste Vatelot élabore un système pédagogique destiné aux filles des campagnes.
- A partir de ce mouvement se développera une congrégation, celles des Sœurs de la Doctrine Chrétienne


Petite Ecole de Bruley (F)
ORIGINALITÉ DE LA PÉDAGOGIE DU PÈRE VATELOT

• Il ouvre une’’Mère-école’’ à Toul pour formation des maitresses.
• Sa pédagogie est basée sur le dialogue, une douce fermeté est une spiritualité dynamique
• Il ouvre des ‘’Petites Ecole’’ à la demande des communes et dans des conditions qui assurent à la Sœur la liberté du travail éducatif (un contrat, un salaire); il pose au demandeur des conditions sérieuses pour le bon fonctionnement de l’école.
• Les sœurs n’ont ni clôture, ni vêtement conventuel. Elles ne sont pas admises à prononcer des vœux perpétuels. Elles vivent au cœur des villages.


Sainte Anne,
patronne de la Congrégation
ELARGISSEMENT DE LA VISÉE ÉDUCATIVE

• En plus de l’enseignement donné aux enfants, les Sœurs s’appliqueront à former les mères de famille au cours de ‘’veillées’’ qui les rassemblent le soir.
• Jean-Baptiste Vatelot a aussi eu le souci de former aux soins des malades des infirmières intelligente, charitable, zélées et pieuses, pour assister les malades de la localité, principalement les pauvres.


Dans une petite Ecole, au 18e siècle, dessin de Sr Thérèse Ory


Maison des Soeurs à Vianden (1861-1955)
 
 


L'école de Marnach (1873-1971)
1821 RE-FONDATION DE L’INSTITUT PAR MERE PAULINE DE FAILLONNET (1778- 1856)

• Après la Révolution française, les Sœurs de la Doctrine Chrétienne se regroupent à Nancy, Depuis lors la maison-mère se trouve dans cette ville.

• En 1821, Pauline de Faillonnet est élue Supérieure générale. Elle présidera la Congrégation jusqu’ en 1885, apportant à la << Doctrine>> ouverture et enracinement :

- sur le plan spirituel et sur celui de la structuration interne de l’institut, ses efforts aboutiront en 1844 à la reconnaissance officielle par l’Eglise diocésaine de la << Doctrine>> comme congrégation à part entière.

- sur le plan éducatif, elle travaille à mettre la pédagogie appliquée dans les écoles en rapport avec les nouveaux besoins de la société. Elle veillera à développer la formation humaine et la compétence professionnelle des Sœurs.


Mère Pauline de Faillonnet


L'école de Rédange/Attert (1901-1987)
L’ŒUVRE PEDAGOGIQUE DE MERE PAULINE

• Création de << Sœurs directrices>>, responsables d’un réseau d’écoles, chargées de visiter et de contrôler les écoles.
• Ouverture de pensionnats pour jeunes filles.
• Rédaction de nombreux écrits pédagogiques et psychologiques.
• Ouverture d’écoles hors frontières, à la demande des conseils communaux. La qualité de l’enseignement dans les Petites Écoles est telle que la Belgique (en 1833), l’Algérie et le Luxembourg (en 1841) font appel à la Congrégation pour assurer chez eux l’éducation des filles.


Boxhorn; église et école avec la maison
des Soeurs (1894-1945)
LES DISPOSITIONS PREVUES AVEC LES ADMINISTRATIONS COMMUNALES ( A PARTIR DE L’ EXPERIENCE DU 19 E SIECLE, AU GRAND-DUCHE)

1. Traitement
• La commune assure un traitement aux Sœurs. La Congrégation ne demande pour ses Sœurs vivant en communauté, que 75% du traitement des institutrices.
• Motivation : Jean- Baptiste Vatelot voulait que les enfants des communes pauvres aient la possibilité de fréquenter l’école primaire.

2. Habitation
• Une modeste maison est mise à la disposition de la communauté.
• L’ameublement fourni par la commune reste la propriété de celle-ci.
• Normalement l’école comporte un logement pour les Sœurs.
• L’initiative privée vient des fois au secours de la pauvreté des Communes.

3. Composition des communautés de village
• Peu à peu, on demande une ou deux Sœurs en plus à Nancy. La communauté des Sœurs est alors capable de répondre à une diversité de besoins.
• Dans certains villages, l’éducation des filles est entre les mains des Sœurs, depuis l’école gardienne jusqu’à la fin de l’adolescence. L’infirmière entre dans toutes les familles et rayonne dans les environs des communes, ce qui est d’ autant plus appréciable que la plupart des communes sont pauvres.
• Si la communauté est nombreuse, une Sœur ménagère en fera partie.


Wiltz: premier pensionnat de la Doctrine au Luxembourg (1851-1951)
 

Soeurs nées ou ayant vécu à Rodange (photo prise vers 1950)
 
     
Extrait reproduit du guide de l'exposition "POUR QUE L'HOMME VIVE"; organisée par la comission culturellede l'Archevêché de Luxembourg en collaboration avec la Conférence Nationale des Religieuses du Luxembourg (1995).
 
Cette page a été réalisée avec l'aide de Loutsch Caroline et Wickler Cindy, 9PR: 2007
 
Notice: Undefined variable: Itemid in /var/www/old.sainte-anne.lu/www/modules/mod_insertarticle/tmpl/default.php on line 29

EPSA sur Youtube: